Rechercher

[ Recherche avancée ]

Lettre d'information Flux rss

filet

[ Art ]

[ Beaux-livres ]

[ Bretagne ]

[ Concours ]

[ Histoire ]

[ Langues et civilisations ]

[ Littérature ]

[ Sciences ]

[ Sciences humaines et sociales ]

filet

[ Votre panier ]

[ Inscription à la
lettre d'information ]

[ Flux rss ]

filet

[ Contact ]

Du silence à la parole

Une histoire du droit du travail des années 1830 à nos jours – 4e édition revue et augmentée de 3 chapitres

Ce livre est le récit passionné et passionnant de l’émancipation du monde du travail : il raconte de manière vivante son histoire, il montre comment la société française s’est construite dans la recherche de délicats compromis entre l’ordre économique et celui de la justice sociale, il décrit les configurations successives qui ont porté le travail d’élaboration légale. Cette 4e édition comporte trois nouveaux chapitres pour la période depuis le début des années 2000 et elle n’élude pas la question de la place et du sens du travail dont dépend la configuration d’un droit en proie à une évidente incertitude statutaire.

Avec une préface de Laurent Berger et une postface de Philippe Waquet.

Avec le soutien de l’université de Bretagne occidentale.

2019

Jacques Le Goff

filet

Domaines : Sciences humaines et sociales | Droit
Histoire | Histoire contemporaine

Collection : Hors collection (sc. sociales)

filet

Format : 16,5 x 24 cm
Nombre de pages : 684 p.

ISBN : 978-2-7535-7756-5

Disponibilité : en librairie
Prix : 35,00 €

 

  • Sommaire
  • Documents
  • Auteur(s)
  • Revue de presse

Préface de Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT

Le droit du silence : la citoyenneté interdite (de 1830 aux années 1880)

  • Introduction
  • Les corps soumis
  • Les corps protégés
  • Les corps atomisés

Vers la libération de la parole : la citoyenneté esquissée (des années 1880 à 1936)

  • Nouvelle représentation des statuts et rapports de travail
  • La naissance du social
  • Le droit du travail en sa phase adolescente

La société industrielle à son apogée : la citoyenneté reconnue (1936-1980)

  • Le collectif ouvrier, acteur dans l’entreprise
  • Une citoyenneté individuelle étoffée
  • La négociation accède à la maturité
  • Le droit du travail, technique autonome

Le temps des incertitudes : la citoyenneté ébranlée (de 1981 à 2000)

  • Un rapport salarial déséquilibré
  • Un collectif désagrégé
  • Refonder ?

Le temps des incertitudes : une citoyenneté nébulisée (du début des années 2000 à nos jours)

  • La salarié au risque de se perdre
  • L’entreprise entre hypercapitalisme et institutionnalisme
  • La négociation collective et l’État : redistribution des cartes ?

 

Postface de Philippe Waquet, doyen honoraire de la chambre sociale de la Cour de Cassation.

Jacques Le Goff est professeur émérite des universités (droit public, Brest, Quimper), ancien inspecteur du travail durant 10 ans, président de l’Association des amis d’Emmanuel Mounier.

 

À propos de la première version de l'ouvrage

« À peine m'étais-je plongé dans la lecture de l'ouvrage de J. Le Goff que j'étais saisi d'une grande admiration pour le brio, non exempt de rigueur, avec lequel l'auteur domine un ensemble complexe tout en se préoccupant de dégager le sens polyvalent de l'évolution de toute la partie du droit qu'il décrit » (Marcel David, Paris 1).

« Voici un ouvrage qui évite aussi bien l'enflure des chantres du mouvement ouvrier que la sécheresse des traités de droit pour montrer la résistible civilisation du monde de l'usine » (Jacques Donzelot).

« Très original… passionnant, à garder, à conserver » (M. Gilson, Libération).

« Un vide magistralement comblé par l'ouvrage de J. Le Goff, universitaire et ancien inspecteur du travail » (Michel Henry, Droit ouvrier).

« Votre livre me remplit d'allégresse » (Antoine Lyon-Caen, professeur, Paris X).

« L'ouvrage de J. Le Goff est passionnant à plus d'un titre… » (E. Maire).

« J. Le Goff finit par faire partager au lecteur sa passion de la découverte » (Michel Noblecourt, Le Monde).

« J'ai été enthousiasmée à la lecture de votre important ouvrage. Il allie des qualités de juriste, de sociologue et d'historien, un mélange rarement réussi avec autant de bonheur… » (Hélène Sinay, professeur, Strasbourg).

« Votre réflexion d'ensemble […] m'a non seulement appris mais aidé à y voir plus clair quant à la signification de certaines évolutions. J'admire le recul et la distance que vous savez prendre par rapport aux institutions, ce que le juriste n'est pas toujours (pas souvent) capable de faire. C'est une grande culture qui vous permet de le mener à bien… » (Jean-Maurice Verdier, professeur, Paris X).

 

Haut de page

Presses Universitaires de Rennes - Dernière mise à jour : 14 octobre 2019

Presses Universitaires de Rennes