Rechercher

[ Recherche avancée ]

Lettre d'information Flux rss

filet

[ Art ]

[ Beaux-livres ]

[ Bretagne ]

[ Concours ]

[ Histoire ]

[ Langues et civilisations ]

[ Littérature ]

[ Sciences ]

[ Sciences humaines et sociales ]

filet

[ Votre panier ]

[ Inscription à la
lettre d'information ]

[ Flux rss ]

filet

[ Contact ]

Performants… et licenciés

Enquête sur la banalisation des licenciements

Les restructurations d’entreprises sont diffuses, en temps de crise comme de prospérité. Il est attendu des salariés qu’ils s’adaptent à cette nouvelle donne. Le mouvement social débuté en février 2016 contre la loi Travail s’est nourri de la contestation d’une opinion répandue : la réglementation du licenciement est un frein à l’embauche et un facteur de chômage. À rebours de cette idée reçue, l’ouvrage renoue avec l’analyse des causes économiques et financières, essentielles dans cette banalisation du licenciement. Cette dernière – loin d’être du ressort des individus – engage la responsabilité collective d’une société.

Avec une préface de Danièle Linhart.

Avec le soutien du Centre Pierre-Naville.

2017

Mélanie Guyonvarc’h

filet

Domaines : Sciences humaines et sociales | Sociologie
Sciences humaines et sociales | Économie et gestion

Collection : Le Sens social

filet

Format : 15,5 x 24 cm
Nombre de pages : 264 p.

ISBN : 978-2-7535-5385-9

Disponibilité : en librairie
Prix : 22,00 €

 

  • Sommaire
  • Documents
  • Auteur(s)

Préface de Danièle Linhart

Dans les méandres des restructurations de croisière

  • Le cap de la flexibilité
  • Les syndicats et l’« accompagnement des transitions professionnelles » : un consensus fragile

Banalisation du licenciement en entreprise : différentes voix, une seule partition

  • Pourquoi des entreprises performantes licencient-elles ?
  • Les directions des Ressources humaines : cynisme et impuissance
  • À la frontière de l’emploi, les cabinets de décrutement

Salariés « performants » licenciés : épreuves et prix de l’acceptation

  • Des « gagnants » qui perdent
  • Figures de « mobilité acceptée »
  • L’adhésion-sans-attaches au travail

Mélanie Guyonvarc’h est maître de conférences en sociologie à l’université d’Évry-Val-d’Essonne et membre du Centre Pierre Naville.

 

 

Haut de page

Presses Universitaires de Rennes - Dernière mise à jour : 19 octobre 2017

Presses Universitaires de Rennes