Rechercher

[ Recherche avancée ]

Lettre d'information Flux rss Recommander cette page

filet

[ Art ]

[ Bretagne ]

[ Concours ]

[ Disponible en numérique ]

[ Histoire ]

[ Langues et civilisations ]

[ Littérature ]

[ Sciences ]

[ Sciences humaines et sociales ]

filet

[ Votre panier ]

[ Inscription à la
lettre d'information ]

[ Flux rss ]

[ Recommandez cette page ]

filet

[ Contact ]

Le coût des études

Modalités, acteurs et implications sociales, XVIe-XXe siècle

Si l’on insiste souvent sur les dimensions idéologiques et politiques des tensions et des décisions qui concernent les structures éducatives, les historiens ont eu tendance à en négliger la dimension financière. Or l’éducation a un coût, elle alimente un « marché scolaire » et elle fait vivre des entreprises qui lui construisent ses bâtiments, lui fournissent son ravitaillement, ses meubles et son matériel pédagogique. Si l’obsession de la rentabilité des institutions est désormais d’actualité, tout comme la logique managériale et la déclinaison des objectifs en compétences, il s’en faut de beaucoup que ces préoccupations soient entièrement nouvelles.

2012

Jean-François Condette (dir.)

filet

Domaines : Histoire | Histoire moderne
Histoire | Histoire contemporaine
Sciences humaines et sociales | Éducation
Histoire | Histoire économique

Collection : Histoire

filet

Format : 16,5 x 24 cm
Nombre de pages : 414 p.

ISBN : 978-2-7535-1777-6

Disponibilité : en librairie
Prix : 20,00 €

 

  • Sommaire
  • Documents
  • Auteur(s)
  • Revue de presse

  • Le financement des institutions éducatives : Des modalités évolutives et des combinaisons complexes
  • L’investissement éducatif et ses enjeux multiples : Intérêts des familles, enjeux locaux et nationaux, stratégies des entreprises
  • Le coût des études et ses implications sociales : Enjeux de la gratuité et finalités paradoxales des bourses d’études

Jean-François Condette est professeur en histoire contemporaine à l’université d’Artois et membre du centre de recherche et d’études Histoire et Sociétés (CREHS, EA 4027). Ses travaux portent sur l’histoire des universités et des universitaires, sur les élites de l’État aux XIXe-XXe siècles et sur l’histoire des occupations militaires de la France septentrionale au XXe siècle.

Avec les contributions de Boris Noguès, Philippe Moulis, Joël Ravier, Johann-Günter Egginger, Philippe Savoie, Gérard Bode, Bruno Poucet, Philippe Marchand, Pierre Caspard, Yves Verneuil, Marianne Thivend, Marc Suteau, Véronique Castagnet, Dominique Picco, Jean-François Goubet, Arnaud Costechareire, Stéphane Lembre et Philippe Rocher.

 

« Heureuse initiative, assurément, compte tenu du statut paradoxal que possédait jusque-là la question du « coût des études » : elle était en quelque sorte omniprésente, ne serait-ce que parce que l’un des principaux axes de l’historiographie du système d’enseignement français est l’examen de sa progressive ouverture sociale et de son corollaire, la diminution, en perspective longue, des frais imposés par les études ; de l’autre, elle n’avait pour ainsi dire jamais été étudiée pour elle-même, ce qui s’explique peut-être par des réticences idéologiques, plus sûrement par des difficultés techniques et documentaires. »

Jean Le Bihan, Revue d’Histoire moderne et contemporaine, numéro 60-3, 2013

 

Haut de page

Presses Universitaires de Rennes - Dernière mise à jour : 31 octobre 2014

Presses Universitaires de Rennes